Gold.jpg

Publié le 14 Septembre 2020

Impact de la hausse d'aliment avec l'entrée en ponte sur les performances de production

La rentabilité d’un lot de reproductrices dépend avant tout de la capacité à produire des œufs à couver de qualité supérieure et de taille adéquate et stratégique.

Selon la demande du marché, deux stratégies sont alors abordables : un marché désaisonné nécessitant la production importante et constante d’œufs à couver sur toute la période de production d’œufs ; un marché saisonné nécessitant la production d’œufs à couver de qualité très supérieure à des périodes clés cibles.

Bien que la génétique soit un facteur primordial pour la ponte et la taille des œufs, le management des reproductrices en est un autre à ne pas négliger. Différentes stratégies de management sont alors possibles pour répondre au mieux à la demande du marché.

Gérer la période d'élevage

De par leurs expériences et leurs voyages, les technico-commerciaux de la SASSO ont su au fil des années aborder ces différents managements pour accompagner leurs partenaires au plus proches des attentes, et ce, dès l’arrivée des poussins en ferme : techniques d’élevage, courbes de croissance des femelles, programmes lumineux selon la zone géographique et la période de l’année pour contrôler au mieux la maturité sexuelle, question de nutrition et plans d’alimentation. Les techniciens en sont conscients, un bon lot passe avant tout par un bon élevage. Amener des futures reproductrices à un poids cible est nécessaire pour assurer une ponte productive, ainsi qu’un calibre d’œuf nécessaire :

  • Des femelles trop lourdes auront tendance à faire des œufs plus gros que des femelles plus légères.
  • Une ponte précoce entraînera des œufs plus petits, et inversement.

Entrée de ponte : l'impact de l'aliment

L’entrée en ponte reste néanmoins une étape clé et très importante pour assurer une production optimale, et différentes règles sont à respecter et à garder en tête. Les techniciens de la SASSO ont pu, grâce aux remontées terrain de très nombreux clients, vérifier les résultats des essais sur la recherche génétique entrepris par la SASSO sur les dernières années et donc approcher cette période clef d’entrée en ponte. Ils ont notamment pu étudier l’impact du lâché d’aliment en début de ponte sur les performances de ponte et de poids d’œufs.

L’entrée en ponte est à aborder très finement. Dès le premier œuf, deux indicateurs sont à analyser pour accompagner au mieux le lot de reproductrices avec l’aliment et la lumière : La ponte journalière et l’évolution du poids d’œuf.

Graphique 1_Laying percentage.png

Évolution du pourcentage de ponte (courbes du bas) et de la ration (courbes du haut) chez la SA51A pour 6 lots différents (Origines Belgique et France)

Les lots représentés dans le graphique ci-dessus nous montrent différentes réactions de ponte selon l’évolution de la ration alimentaire journalière.

La courbe noire montre une augmentation très rapide de la ration, 5 jours après le premier œuf. Cette augmentation est quantifiable à +4.7g / poule / jour jusqu’au premier pic de ration (125g). La répercussion sur la ponte est très nette, puisque l’on observe une évolution rapide du pourcentage de ponte, atteignant les 40% seulement 12 jours après le premier œuf.

La courbe bleue montre un comportement totalement différent. L’augmentation de la ration, bien qu’elle soit quantifiable à +4.1g / poule / jour, ne s’est faite que 11 jours après le premier œuf. La répercussion sur la ponte est encore une fois nette, puisque l’on observe une montée en ponte très lente jusqu’au 10% de ponte, puis très rapide ensuite. Les 40% de ponte sont atteints 22 jours après le premier œuf.

Enfin, la courbe rose est un cas bien trop fréquent et intéressant à observer. De très nombreux partenaires abordent l’entrée en ponte de façon hebdomadaire, et non quotidienne. Comme le graphique peut le montrer, l’augmentation de la ration se fait une fois par semaine. Ainsi, cette augmentation est quantifiable à +1.5g / poule / jour jusqu’au premier pic de ration (125g). Même si la première augmentation a été faite très peu de temps après le premier œuf, on observe une évolution de la ponte très lente, pour atteindre les 40% 19 jours après le début de ponte.

Hausse de la ration d'aliment et évolution du poids d’œuf

Ces différents comportements montrent que deux leviers sont à considérer : L’augmentation journalière de la ration, et le temps entre le premier œuf et la stimulation alimentaire. Dès le début de ponte, et jusqu’au pic de ponte, le bol alimentaire doit augmenter très rapidement pour rencontrer les besoins nutritionnels des poules d’un point de vue maintenance, croissance et production. Cela suggère de préparer les poules dès la période d’élevage à l’ingestion d’un bol alimentaire important et rapidement. Ne pas accompagner suffisamment les poules lors de cette période critique aura une incidence irréversible sur les performances de ponte du lot. Il est donc très important de piloter de façon quotidienne les indicateurs techniques.

Enfin, la ration joue un rôle primordial dans l’évolution du poids d’œuf.

Graphique 2_Egg weight evolution.png

Évolution du poids d’œuf en gr (courbe du bas) et de la ration (courbe du haut) sur un lot de SA51A

Le graphique ci-dessus montre le lien entre l’augmentation de la ration et l’évolution du poids d’œuf. Comme il est possible de le voir, le premier impacte directement le second. A chaque fois que la ration augmente, le poids d’œuf suit ce comportement pour augmenter également. Inversement, dès que la ration est stable sur plusieurs jours d’affilé, le poids d’œuf n’évolue pas.

L’augmentation de la ration journalière a donc un impact direct sur la ponte, et sur le poids d’œuf. Une augmentation rapide (dès 0.5% de ponte et quotidienne) du bol alimentaire est nécessaire pour assurer une ponte suffisamment rapide et importante, tout en ayant des œufs de taille suffisante pour être incubables et produire des poussins de bonne qualité. En revanche, et selon la demande du marché, nous ne chercherons pas à augmenter la ration de façon trop importante, au risque d’obtenir des œufs trop gros trop tôt. Obtenir des œufs de calibres supérieurs peut impacter négativement les performances de ponte et donc ne pas assurer un nombre d’œufs à couver suffisant. Nous le savons, une poule pond une masse d’œuf et non un nombre d’œufs. Un compromis est donc nécessaire lors de la stimulation alimentaire en début de ponte, à définir avec la stratégie voulue.

Le stimulus lumineux doit enfin être en cohérence avec le stimulus alimentaire pour permettre aux poules d’être stimulées d’un seul et unique coup, assurant une bonne production.

Ce qu’il faut retenir

Le management technique des lots est un facteur environnemental non négligeable pour assurer la bonne productivité d’un lot de reproducteurs. Il est important d’avoir une bonne période d’élevage pour assurer la bonne croissance des poules et la bonne formation du squelette pour obtenir des animaux homogènes et robustes. L’objectif étant d’amener en début de reproduction des oiseaux en bonne santé et capables d’exprimer 100% de leur potentiel génétique sur le terrain. Il est donc important de suivre les recommandations des techniciens SASSO qui étudient constamment la réponse des performances des animaux sur le terrain. N’hésitez pas à envoyer vos résultats techniques aux techniciens de la SASSO. Ces données permettent de vérifier que le travail entrepris à la SASSO répond suffisamment bien sur le terrain.

Articles associés

, by
Management des coqs : Tout pour un bon mariage

Les résultats technico-économiques d’un lot sont très généralement le reflet de la réussite d’élevage du lot de futurs reproducteurs. La rigueur, la technicité, l’observation et le respect de règles …